Retour à la page précédente
Retour à la page d'accueil
Nous contacter
Nos pages Facebook 

Notre critique de Numéro complémentaire

Du Bourgeois gentilhomme à Jet Set Academy
Ecrite tout spécialement pour Stéphane Bern, en 2006, par Jean-Marie Chevret, Numéro complémentaire chamboule la vie d’une famille toute simple.
Nanard, Nadette et leur fille Laetitia vivent paisiblement dans un HLM de banlieue.
Un gain de 25 millions au Lotto va faireNuméro complémentaire voler en éclats leur existence bien réglée.
Si la cohorte des quémandeurs et autres très très vieux amis qui mendient quelques miettes du pactole sera plutôt perturbante, c’est la générosité d’un père prêt à tout pour le bonheur de son unique enfant qui  déclenchera les pires catastrophes (et les plus belles cocasseries).
Accro à Point de vue, Gala, Voici et autres magazines people, elle ne rêve à rien de moins que de faire partie de haute, de devenir une princesse.

Impossible,
Un coup de clé anglaise, un enlèvement, une séquestration et quelques millions plus tard, le gourou des peoples se transforme en professeur de bonnes manières.
Forcée à déménager, la famille Leblanc subit bien plus qu’un apprentissage, c’est un véritable dressage qui va en faire des sortes de snobinards coincés.
Mais derrière ce vernis chèrement acquis, derrière ces apparences dorées sont-ils heureux ?

Comédie sociale hilarante, la pièce est une peinture pertinente de nos rapports à l’argent.
En transposant d’un extrême à l’autre ses personnages, Jean-Marie Chevret vitriole les comportements excessifs, fustige le star-system et au passage en profite pour parodier la téléréalité.

Habile, la mise en scène de Philippe Vincent  laisse la part belle aux dialogues affûtés et aux réparties désopilantes.  Il offre ainsi de très jolies partitions aux cinq comédiens et signe quelques tableaux mémorables dont la dégustation de vin pour n’en citer qu’un.
Alain Lackner (Bernard Leblanc) se glisse parfaitement dans ce costume de prolo simple et au grand cœur.
Il nous régale de gags et mimiques, sans jamais tomber dans l’excès.
Hugo Rezeda (Jean-Edouard Bernel) sobre et constant navigue adroitement entre un surjeu volontaire (Bern oblige), une fragilité soigneusement cachée et une bonne dose d’humanité.
Angelica Ferullo (Bernadette Leblanc) se révèlera plus d’une fois truculente en mère inquiète, en épouse dépassée par les évènements ou en maniérée coincée.
Danila di Prinzio (Laetitia Leblanc) est l’élève attentive et la jeune femme prête à tout claquer pour vivre simplement son amour au grand jour tandis que Julien Mutombo (Aurélien Cissé)  est le majordome enseignant, guindé et attachant.

Pendant près de deux heures, les fous rires sont au rendez-vous d’une pièce hilarante, caustique et drolatique en diable.
Vous n’avez pas au gagné au Lotto cette semaine ?
Ne ratez pas, Numéro Complémentaire vous en consolera et vous donnera des conseils judicieux avant le prochain tirage.

Muriel Hublet
Spectacle vu le 26-09-2009
Espace Marignan - Théâtre du Vaudeville
Print ou PDFPrint ou PDF
Présentation du spectacle :
Résumé :
Numéro complémentairetitre>Les Leblanc : Bernard, dit Nanard et sa femme Nadette, français moyens heureux, ont une fille, 19 ans, fan de Jean-Edouard Bernel, spécialiste des têtes couronnées. Incroyable !
L'affiche :
Comédie de Jean-Marie Chevret
Avec : Alain Lackner (Bernard Leblanc)-Hugo Rezeda (Jean-Edouard Bernel) - Angelica Ferullo (Bernadette Leblanc)-Danila di Prinzio (Laetitia Leblanc)- Julien Mutombo (Aurélien Cissé)
La mise en scène est de : Philippe Vincent

Les prochaines représentations :

Et vous... Qu'en pensez-vous ?
 Recommander Numéro complémentaire ?
Retour à la page précédente
Retour à la page d'accueil
Nous contacter
Retour en haut de la page