Logo
Deux ou trois Choses propos de Cannelle
Deux ou trois Choses  propos de CannelleL’horloge et le crapaud en rut
Cannelle déboule sur scène avec toute la candeur et la maladresse d’une jeune femme coincée.
Tenue fade, discrétion à la limite de l’effacement, comportement presque timoré, à peu de choses près, elle offre la vision de la vieille fille guindée et grenouille de bénitier que l’on retrouve dans tous les bons classiques.
Elle va nous livrer deux ou trois choses à propos d’elle, c'est-à-dire nous présenter des extraits choisis de sa vie depuis ses balbutiements.
Un peu comme quand on croque dans la madeleine de Proust, ses premiers émois amoureux, ses premiers regards en coin vers les garçons, ses premiers grands frissons nous ramènent à nos souvenirs, à nos joues rosies, à nos œillades énamourées, nos ricanements stupides et notre propension à nous faire de vrais films d’un anodin sourire ou d’une porte tenue ouverte par politesse.
Son immense timidité va faire de son existence un désert de solitude et routinier du style bus 71, travail, bus 71 dodo.
Jusqu’au jour où Albert ose pénétrer dans son espace vital.
Petit à petit, il envahit son corps et son âme, la libérant de son carcan de préjugés et de retenues, faisant éclater sa bulle d’isolement et la rendant enfin perméable aux autres.
Mais qui est Albert ? Réalité ou fantasme ?

Cette petite heure de spectacle tient tout à la fois du mime, du cirque et du théâtre.
Même si le propos n’en est pas neuf, l’écriture et la mise en scène en font un divertissement rafraîchissant et surprenant.
L’espace scénique minuscule est juste empli d’un vieux fauteuil rouge et d’une immense horloge qui rythment le temps que Cannelle laisse s’écouler entre ses doigts faute de courage et d’esprit entreprenant.
Quelques chansons judicieusement choisies et interprétées par Maud Orain Segura (interprète et coauteur du texte avec Virginie Quéré qui en signe aussi la mise en scène) accompagnent agréablement l’ensemble.
Entre performance et poésie, entre loufoquerie et tendresse, entre solitude et besoin d’être aimée, Cannelle nous entraîne dans son univers sensible et excentrique.
On appréciera tout particulièrement le jeu de Maud Orain Segura.
Regards, déplacements, gestes et mimiques, tout en elle est Cannelle.
Avec beaucoup d’humour et d’ironie, entre ridicule et pathétique Deux ou trois choses à propos de Cannelle… en séduira plus d’un.

Spectacle vu le 25-08-2011
Lieu : Jardin de ma Sur

Une critique signe Muriel Hublet

Imprimer cette page
Enregistrer cette page sous format PDF